En direct du congrès de Reims (samedi)

Publié le par Delanoe 74



















Reims, Vendredi 14 novembre 2008, 21h25: En sortant de la tente, Bertrand Delanoë a expliqué, cette fois devant les caméras, que si les motions d'Aubry et Hamon n'acceptaient pas ses conditions à la synthèse, il resterait dans la minorité du PS:

Reims, le 15 novembre 2008 à 11h00:
Bertrand DELANOE (Motion A), Maire de Paris lance un appel au compromis et au rassemblement dans la clarté:
"On ne peut pas s'allier avec des formations politiques qui pensent que Droite et Gauche c'est la même chose, il en va de l'identité du PS... Je ne veux pas que Sarkozy et Bayrou soient les vainqueurs de ce congrès" 

Reims, le 15 novembre 2008 à 11 h 45:
Manuel VALS (Motion E):
"Sortons des faux semblants"

Reims, le 15 novembre 2008 à 12 h 15:
Marie lise LEBRANCHUT (Motion D):
"Le centre de gravité du monde bascule en notre faveur"

Reims, le 15 novembre 2008 à 12 h 20:
Rasi HAMADI (Motion C):
"Le PS doit parler au nom de ceux qui souffrent... Il faut un nouveau visage à la tête du PS"

Reims, le 15 novembre 2008 à 12 h 25:
Julien DRAY (Motion E):
"Le PS c'est ma vie et il en va de même pour nombre d'entre vous. Il n' y a pas de camarades de gauche ou de droite au PS, il n' y a que des socialistes"

Reims, le 15 novembre 2008 à 12 h 55
François REBSAMEN, (Motion E):
"La direction du parti doit être partagée avec ceux qui nous rejoindrons."

Reims, le 15 novembre 2008 à 16 h 45
Ségolène ROYAL (Motion E):
"Sommes-nous si faibles pour être si appeurés par une alliance pour dans 3 ans, alors que les plus enflammés d'entre vous la pratiquent déjà! Je propose une consultation durecte des militants pour trancher la question des alliances...Un nouveau front populaire est-ce que cela ne vous tente-t-il pas?"

Reims, le 15 novembre 2008 à 17 h 30:
Martine AUBRY (Motion D):
"Si nous ne nous reprenons pas ce congrès sera la fin du Parti socialiste...Je veux des banderoles du PS au milieu des manifestations au côté des syndicats...Nous ne sommes pas là pour un soutien à un individu mais pour la défense de nos valeurs."

Reims, le 15 novembre 2008 à 18 h 00:
Henry EMMANUELLI (Motion C):
"Il ne faut pas à la tête du PS quelqu'un dont la ligne est minoritaire dans le parti."

Reims, le 15 novembre 2008 à 18 h 20:
Vincent PEILLON (Motion E):
"Nous entrons à la commission des résolutions avec le désir de rassembler les socialistes"

Reims, le 15 novembre 2008 à 18 h 45:
Harlem DESIR (Motion A):
"On ne peut pas attendre le résultat d'un referendum interne pour arrêter une stratégie d'alliance qui conditionne la ligne du parti. A la question posée nous disons que nous sommes contre. De même les motions et les militants ont déjà tranché. Il faut respecter le choix des militants"





Commenter cet article