La droite augmente de 12% les impôts du Département

Publié le par Delanoe 74

Christian JeantetAnnecy, le lundi 8 mars 2010, à l'hôtel du département l'humeur n'était pas à la fête chez les conseillers généraux. Sous la Présidence de Christian MONTEIL (Droite), le Débat d'Orientation Budgetaire pour 2010 constatait que la réforme des finances locales voulues par Sarkozy et votée par l'UMP étranglait les finances départementales. De fait, si le département voulait assurer ses compétences il devait augmenter ses impôts de 12%. Quand on sait que, suite à la suppression de la Taxe professionnelle, la principale ressource du département pèse sur les ménages, on voit tout de suite la conséquence. Les ménages savoyards vont payer l'addition.
Certains conseillers ont très mal réagi à cette situation: Jean DENAIS (Droite) "c'est un hold-up de l'Etat". Jean Gradel (Droite): "Où passe le pognon du département?"
On croit rêver!  Voilà des hommes qui critiquent les conséquences locales de mesures nationales qu'ils ont soutenues et que leurs amis votent à l'assemblée et au Sénat. Un peu de cohérence et d'honnêteté intellectuelle ne seraient pas de trop.

Ce qui devait faire dire à Christian JEANTET (PS) qui avait prévenu ses collègues de l'assemblée départementale depuis plusieurs années des menaces que la politique de Sarkozy faisaient peser sur les finances du département: "Certains d'entre vous doivent être atteints de schizophrénie politique: il y a ceux qui critiquent mais votent la loi (NDRL: Certains conseillers généraux sont parlementaires), ceux qui critiquent mais appartiennent à un parti qui a mis en place cette réforme (NDRL: UMP et Nouveau centre , soit la majorité des conseillers généraux de Haute-Savoie)..."
Pour Frédéric ZORY, le second conseiller général socialiste, "Il s'agit d'un coup de grâce porté par l'Etat, avec cette nouvelle loi de finances, qui nous retire autonomie financière et dynamisme des ressources".
Décidément, il devient difficile aux élus de Droite d'expliquer à leurs électeurs que pour baisser les impôts des entreprises, il faut augmenter les impôts des ménages.

Commenter cet article